Le cadeau de la respiration, cadeau de la vie

 Respirer peut parait tellement normal, anodin, sans importance... Notre respiration va de soi, elle nous est donnée, rien de miraculeux là-dedans... Et pourtant... C'est quand nous la perdons, quand elle devient difficile, que prenons conscience du cadeau qu'elle est. Les méditations olfactives, la pleine conscience nous offrent des pratiques qui nous rappellent aujourd'hui même combien la vie est un moment précieux. Je respire sans effort, librement, paisiblement. Il n'y a rien à faire, je peux me détendre. Savourer. Nous pouvons faire de notre respiration un espace de gratitude quand nous prenons conscience que respirer est un cadeau. Un jour sûrement, je ne pourrai plus respirer paisiblement. Faut-il que nous traversions la perte, la maladie pour apprécier la vie, pour apprécier la grâce de respirer?

L'histoire d'une biographie hospitalière

La sérénité d'Emile - Rencontre d'Emile Morin et Magali Verdet

Ici et maintenant, notre existence peut se vivre de manière intensément vivante. C'est aussi le message d'Emile, atteint de la maladie de Charcot. Emile Morin a réalisé sa biographie hospitalière avec Magali Verdet. Voici un peu de son histoire qui relate aussi celle d'une transformation intérieure face à une maladie incurable.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/eure/pont-audemer/maladie-charcot-serenite-emile-1430401.html
La maladie de Charcot : la sérénité d'Emile - Cliquer sur image pour accéder au reportage

Passeurs de mots passeurs d'histoires

La biographie hospitalière est un moyen qui nous permet de rendre grâce à la vie ... jusqu'au bout alors que la maladie est présente ou le chemin de vie bien avancé. Je voudrais rendre hommage ici au merveilleux travail de Magali Verdet, biographe hospitalier, membre de Passeur de mots passeur d'histoires® fondé par Valéria Milewski.

Magali possède cet art d'accueillir le souffle du vivant, de prendre soin de l'histoire de la personne à un moment significatif de sa vie, de révéler son essence et de la transposer en récit, d'accompagner ce processus jusqu'à la création du livre d'une vie. Elle "déploie une qualité d'écoute [...] qui offre à la personne la possibilité de faire un travail de remémoration". Magali est formée également à l'Aromathérapie sensible, l'Olfactothérapie, et elle travaille les ponts possibles entre la biographie hospitalière, l'écriture intuitive et les méditations olfactives.

" Quand une minute en compte cent. Quand on peut se sentir inutile, perdu, fragmenté. Ou bien [...] que surgissent de la maladie grave et de son chaos des questions existentielles comme Qui suis-je ? Qu’ai-je fait de ma vie ? Où vais-je ?… et que Demain reste un point d’interrogation... la démarche de la biographie hospitalière peut être, en complément du travail quotidien de tout un service (oncologie, hématologie, neurologie, pneumologie, unité de soins palliatifs…), un début de réponse, un soulagement, une « fenêtre rose*, un pas vers soi." Valeria Milewski

Hommage à un travail d'équipe qui s'engage pour une médecine humaniste

Je salue au passage le travail magnifique du Dr Clémence Joly et de son équipe de l'unité de soins palliatifs oeuvrant pour ce type d'accompagnement humaniste, pour une qualité de présence et de soin à l'hôpital. Plusieurs formations en Aromathérapie sensible ont déjà eu lieu au Centre Hospitalier de Pont-Audemer grâce à l'engagement du Dr Joly et à l'appui financier du fonds pour les soins palliatifs. Grâce à la vision de certains médecins, de cadres, du personnel soignant, grâce à l'appui d'associations, l'hôpital s'ouvre sur plus d'humanité, d'empathie, de créativité pour prendre soin du pleinement vivant en nous.

Le bon moment pour pique-niquer

Célébrer la vie ici et maintenant

Pour finir j'aimerai partager avec vous ces quelques mots de Thich Nhan Hanh qui entrent en belle résonance avec la transformation intérieure d'Emile et sa sérénité, et qui nous invitent à célébrer la vie aujourd'hui.

La paix en soi, la paix en marche

"Un maître vivait autrefois avec ses disciples dans un temple. Un jour, l'un de ses disciples lui demanda : «Cher maître, que diriez-vous d'organiser un pique-nique ?» Le maître répondit : «Oui, c'est une très bonne idée. Allons pique-niquer un jour.» Mais ils furent si occupés qu'ils ne trouvèrent jamais le temps. Une année passa, puis deux, puis trois, sans qu'ils soient allés pique-niquer. Un jour, alors qu'ils se trouvaient en ville, ils virent une procession funèbre. Le maître demanda à ses disciples : «Qu'est-ce que c'est ?» Et un disciple répondit : «Ils vont pique-niquer. C'est le seul jour où ils vont pique-niquer, quand ils meurent.»

 

"J'ai traversé deux guerres au Vietnam et je sais ce qu'est la guerre - vous ne savez pas si vous serez encore vivant dans l'après-midi ou dans la soirée. Il y a de la peur, de la colère et du désespoir. Si vous ne savez pas comment vivre avec tout cela, vous ne pouvez pas survivre. C'est pourquoi notre pratique doit consister à faire un pique-nique ici et maintenant, sans attendre. Est-il possible que les Israéliens et les Palestiniens fassent un pique-nique où tout le monde apprécie chaque instant ? Je pense que oui.

 

Le pique-nique peut avoir lieu en cet instant même. Même si une bombe explose aujourd'hui, nous aurons quand même eu notre pique-nique. Nous sommes assis tous ensemble. Nous n'avons rien à faire. Nous sommes simplement heureux d'être assis ensemble, sans soucis, parce que c'est un plaisir d'être là. Ecouter une personne parler est aussi un plaisir. Vous n'avez rien à apprendre, vous ne passez pas un examen pour obtenir un diplôme. Vous êtes simplement assis, à apprécier votre inspiration et votre expiration, à écouter quelqu'un parler de la paix. Je n'ai aucunement l'intention de donner des idées à qui que ce soit au sujet de la paix ; vous avez déjà plein d'idées. Le but est d'être paix dans l'ici et maintenant.

 

Souvent, notre corps n'est pas en paix. Nous pouvons apprendre à apaiser notre corps ici et maintenant. Notre corps souffre, particulièrement en temps de guerre. Nous sommes sous tension, stressés, sous pression. Nous avons trop fait travailler notre corps et il est plein de conflits. Nous faisons tellement souffrir notre corps en le maltraitant que nous ne sommes plus en paix. Pour apporter de la paix à notre corps, nous devons le laisser se reposer et lui donner la possibilité de se régénérer et de se guérir. Cela, nous pouvons le faire tous les jours. Même au bout de deux ou trois heures, nous nous sentirons beaucoup mieux. Il ne s'agit pas de parler de paix pour notre corps, mais de lui apporter réellement de la paix."

Extrait du livre  La Paix en soi, la paix en marche   de Thich Nhat Hanh

 

 

Rosacée - W. Roggenkamp

 

FORMATION

Aromathérapie

 énergétique

 ICI

Principe des Composées-by W. Roggenkamp

Composée - W. Roggenkamp